Coronavirus et maladies rhumatismales inflammatoires

Recommandations de la Société Royale Belge de Rhumatologie pour les patients souffrant de rhumatismes inflammatoires ou maladies auto-immunes dans le contexte de l’épidémie de Coronavirus (Covid-19)

19 mars 2020

Comment pouvons-nous mieux nous protéger contre la propagation des infections des voies respiratoires ?

Dans le cas des infections des voies respiratoires, le virus est transmis par la salive et les particules de mucus qui se propagent lors de la toux ou des éternuements.

  • Couvrez donc votre bouche et votre nez lorsque vous toussez ou éternuez, de préférence avec un mouchoir en papier que vous jetez ensuite.
  • Lavez-vous les mains régulièrement avec du savon (40-60 secondes) ou désinfectez-les avec des solutions hydro-alcooliques.
  • Évitez les contacts étroits avec d’autres personnes. Le confinement obligatoire à partir du 18 mars empêche de toute façon tout contact étroit.

Le coronavirus provoque-t-il une infection grave ?

L’évolution d’une infection par le virus Corona est probablement similaire à celle d’une grippe classique. Cela signifie que la plupart des personnes qui contractent une telle infection font de la fièvre et toussent pendant quelques jours, puis se rétablissent spontanément. Certains la traversent aussi sans symptômes. Dans des cas graves (environ 2,5 % des patients infectés par le virus), le coronavirus provoque une pneumonie avec parfois un besoin d’une aide respiratoire en soins intensifs.

Les médicaments contre les rhumatismes doivent-ils être interrompus à titre préventif ?

Il n’est pas recommandé aux personnes qui ne présentent aucun signe d’infection active d’arrêter de prendre des médicaments contre les rhumatismes à titre préventif. Il est mieux de bien contrôler les rhumatismes car le système immunitaire ne fonctionne pas de manière optimale en cas de perturbation du rhumatisme actif.

Si vous prenez des AINS pour votre maladie rhumatismale, vous pouvez continuer à les prendre.

Attention : l’arrêt brutal de la cortisone peut provoquer des effets graves, voire mortels. Ne l’interrompez jamais sans en parler d’abord à votre médecin ! 

 

Les médicaments contre les rhumatismes doivent-ils être interrompus en cas de symptômes d’infection ?

Bien qu’il n’y ait actuellement que peu de certitudes sur ce point, il est néanmoins recommandé d’interrompre le traitement par les DMARDs synthétiques classiques (csDMARD), les DMARDs biologiques (bDMARD, « biologiques »), les DMARDs synthétiques ciblées (telles que les inhibiteurs de JAK) chez les personnes qui présentent des signes d’infection (fièvre, éternuements, toux, essoufflement).

Les traitements de base (csDMARDs) sont :

  • Ledertrexate® (méthotrexate)
  • Salazopyrine® (sulfasalazine)
  • Arava®(léflunomide)

Les traitements biologiques sont :

  • Humira®, Amgevita®, Idacio®, Hulio®, Imraldi®, Hyrimoz® (adalimumab)
  • Enbrel®, Benepali® (etanercept)
  • Cimzia® (certolizumab)
  • Simponi® (golimumab)
  • RoActemra® (tocilizumab)
  • Kevzara® (sarilumab)
  • Taltz® (ixekizumab)
  • Stelara® (ustekinumab)
  • Orencia® (abatacept)
  • Remicade®, Remsima®, Flixabi® (infliximab)
  • Cosentyx® (Secukinumab)

Les inhibiteurs JAK sont :

  • Olumiant® (baricitinib)
  • Xeljanz® (tofacitinib)

Quant au traitement par Plaquenil® (hydroxychloroquine), il DOIT  être continué. Si vous avez besoin d’une ordonnance de plaquenil, il faut que votre médecin mentionne que vous avez un lupus ou une autre maladie rhumtismale. Vous serez ainsi prioritaire pour en recevoir.

En cas de symptômes d’infection tels que fièvre ou douleurs musculaires, un traitement au paracétamol est préférable à un traitement aux Anti-Inflammatoires (AINS), sauf si les AINS sont nécessaires pour contrôler suffisamment l’état rhumatismal.

Les anti-inflammatoires couramment utilisés sont par exemple : Ibuprofen / Brufen / Nurofen ; Diclofenac / Voltaren ; Meloxicam / Mobic ; Piroxicam / Feldene / Brexine.

Attention : l’arrêt brutal de la cortisone peut provoquer des effets graves, voire mortels. Ne l’interrompez jamais sans en parler d’abord à votre médecin ! 

Les personnes qui se sentent malades doivent rester à la maison pour réduire le risque de contamination des autres. Contactez votre médecin de famille par téléphone pour obtenir un certificat. S’il y a des indications qu’il pourrait s’agir d’une infection Corona, le médecin indiquera les mesures à prendre.

 

Conseils supplémentaires en cas de suspicion d’infection

  • Respectez les mesures de confinement !
  • Garder une distance de sécurité avec les autres personnes
  • Aérer régulièrement la maison
  • Lavez-vous les mains régulièrement et surtout après avoir toussé / éternué / reniflé
  • Ne pas partager d’objets avec d’autres (verres, couverts, …)
  • Utiliser un produit de nettoyage désinfectant pour nettoyer les surfaces

Les personnes non malades dont l’immunité est réduite sont-elles autorisées à travailler ?

Actuellement, il n’existe pas de recommandation systématique pour les personnes dont l’immunité est affaiblie (quelle que soit la cause de l’immunodépression) de rester chez elles à titre préventif. Le travail à domicile est encouragé autant que possible. Sur le lieu de travail, les mesures générales d’hygiène doivent être respectées aussi strictement que possible.

Toutefois, l’employeur peut prendre des mesures spéciales pour le personnel appartenant à des groupes à risque (par exemple, un trouble chronique, une immunité réduite). Par exemple, des adaptations de poste peuvent être convenues en concertation avec l’employeur afin de réduire le risque de contact avec les patients coronariens. Si l’employeur le demande, le médecin traitant peut établir un certificat à cet effet.

Restez au courant

Personne ne peut prédire pour l’instant comment la vague d’infection Corona va évoluer. Suivez la presse pour les changements de conseils.

Pourquoi des mesures aussi drastiques ?

Nous voulons aplatir et propager le pic de l’épidémie. Ceci afin de pouvoir offrir à chacun les soins appropriés au bon moment.

Mesures concernant les consultations

Depuis le 14 mars, un plan d’urgence médicale est en place dans tous les hôpitaux belges. Cela signifie que toutes les consultations, interventions, etc. non urgentes seront reportées ou remplacées par une consultation téléphonique.

 

Tapez votre recherche et appuyez sur la touche Enter pour la lancer